fbpx
Caroow promo vacance
Politique

Congo : le Rwanda et Kenyatta demandent le cessez-le-feu et le retrait du M23 de l’est du pays

NAIROBI (Reuters) – L’ancien président kenyan Uhuru Kenyatta et le président rwandais Paul Kagame se sont mis d’accord sur la nécessité pour les rebelles du M23 de cesser le feu et de se retirer des territoires capturés dans l’est du Congo, a déclaré vendredi le bloc de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC).

Les rebelles du M23 ont mené plusieurs offensives dans l’est du Congo cette année, leur premier grand retour depuis 2012, provoquant des affrontements avec l’armée qui ont déplacé des milliers de civils depuis mars.

Les troubles ont enflammé les tensions diplomatiques entre le Congo et le Rwanda voisin, que le Congo accuse de soutenir le groupe. Le Rwanda nie l’accusation.

LIRE AUSSI : Le Rwanda accuse l’armée de la RDC d’utiliser des armes lourdes pour viser sa frontière

Des efforts régionaux sont en cours pour apaiser les relations entre les deux pays et mettre fin au conflit qui se déroule le long de leur frontière.

Kenyatta s’est rendu au Congo cette semaine en tant que facilitateur pour les sept membres de l’EAC et l’envoyé pour la paix de l’Union africaine.

Il a tenu des réunions à Kinshasa et rendu visite à des personnes déplacées dans la ville clé de Goma, à l’est, dont le M23 s’est rapproché cette semaine.

A son retour, Kenyatta et Kagame se sont mis d’accord par téléphone “sur la nécessité d’un cessez-le-feu immédiat”, a déclaré l’EAC dans un communiqué.

Kagame a également accepté d’aider Kenyatta à exhorter le M23 à déposer les armes et à se retirer des territoires capturés, ajoute le communiqué.

Les modalités seront discutées lors d’un deuxième cycle de pourparlers à Luanda, la capitale angolaise, la semaine prochaine, a-t-il ajouté.

Le président angolais, Joao Lourenco, a organisé une première rencontre entre des responsables congolais et rwandais au début du mois.

“Il est encourageant de voir Paul Kagame reconnaître qu’il peut influencer le M23”, a déclaré à Reuters le porte-parole adjoint du président congolais Félix Tshisekedi.

“Nous verrons ce qui se passe sur le terrain”, a-t-elle ajouté.

Le porte-parole du gouvernement rwandais n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Lorsqu’il s’est formé en 2012, le M23 était le plus récent d’une série d’insurrections dirigées par des Tutsi à se soulever contre les forces congolaises.

LIRE AUSSI : Le Congo expulse l’ambassadeur du Rwanda alors que les rebelles du M23 s’emparent d’une ville stratégique

Les rebelles se sont emparés de vastes étendues de territoire en 2012 et ont brièvement envahi Goma avant d’être chassés par les forces congolaises et des Nations Unies en Ouganda et au Rwanda l’année suivante.

Ils ont organisé trois offensives majeures depuis mars. La dernière fin octobre a provoqué une nouvelle vague de déplacements.

Source : Reuters

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page